top of page
LOGO GAZETTE_edited_edited.jpg
Rechercher

Et si on remettait l’église au milieu du village…

De l’art, de la culture ou du cochon ?


Quand on évoque la culture, on pense immédiatement musée, littérature, cinéma, etc. C'est tellement vrai que les acteurs culturels sollicitent constamment les pouvoirs publics pour faire vivre l’art, et ces derniers, convaincus d'agir pour le bien commun, distribuent fièrement leurs subventions. Plutôt que de se demander si le financement de l’art de nos jours ne servirait pas à promouvoir une idéologie culturelle, il paraît essentiel de préciser ce sur quoi repose réellement la culture.


Certains souligneront que l'art nous distingue des animaux. Qu'il s'agisse d'une recherche esthétique pour sublimer la nature ou d'une quête spirituelle visant à répondre au sens de l'existence, nous voyons dans l'art un moyen de transcender notre condition animale. Il est donc tentant de réduire la culture à la défense de l'art et vice versa.




Dis, maman, c’est quoi la culture ?


Lorsque nous regardons un film, écoutons le dernier tube à la mode, nous sommes davantage confrontés au témoignage culturel d'une époque qu'à de la culture à proprement parlé. On nous propose de (re)découvrir la vision qu’un artiste porte ou a porté sur son époque. Ainsi, ce que l'on nous vend comme de la culture n'est-il pas avant tout un apprentissage culturel ? 


Si assister à une représentation théâtrale permet de développer notre sensibilité, dans notre rôle de spectateur sommes-nous en train de consommer de la culture ou plutôt de rendre compte d’un acte culturel ? Avec son Bal du Moulin de la Galette, Renoir n’a-t-il pas avant tout crée une oeuvre en peignant une « simple » tranche de vie culturelle du 20ème siècle ?


Dis, papa, comment on fait les artistes ? 


"Bien loin des musées, des expositions et des théâtres, Times Square représente un véritable « musée à ciel ouvert » ? Que nous pensions à Jean-Michel Basquiat, à Andy Warhol, à Alicia Keys ou que nous contemplions le Guggen- heim Museum, chef-d'œuvre de Frank Lloyd Wright, notre immersion dans la culture new-yorkaise ne se réalise-t-elle pas au milieu de la foule, dans les bars, ou à Central Park ? Mais alors combien d’artistes sont-ils nés ou ont-ils été inspirés par le melting pot offert par l’American way of life ?


La vraie culture ne réside pas sur les écrans de cinéma, dans les œuvres des musées, ni même dans les pages du dernier Joël Dicker. Elle est présente dans le tissu social d'une société, au cœur des interactions entre les individus qui échangent, discutent, partagent un verre, un repas ou une danse. Elle émerge dans la vie quotidienne dans laquelle elle puise son inspiration. Il convient de la protéger comme on défend le MAMCO ou le Grand Théâtre de Genève.


C’est par l’amour de l’art que la culture populaire doit se défendre en première ligne ! C’est ainsi que naissent et grandisse t les artistes d'aujourd'hui, ceux-là qui témoigneront de notre époque demain. D.John"






Comments


bottom of page